Un sérieux problème…

Les initiants ressortent leurs arguments habituels pour promouvoir l’initiative de résiliation, mais ils ont un sérieux problème: les faits ne leur donnent pas raison. Regardons de plus près leurs principales affirmations

Ce n'est pas une initiative de résiliation

Faux (il suffit de lire l’initiative)

Le texte de l’initiative est très clair : son seul but est de résilier l’accord sur la libre circulation. Soit c’est le Conseil fédéral qui le fait dans les douze mois après le vote. Soit c’est automatique, 30 jours plus tard. La conséquence : les six autres accords bilatéraux 1 seront résiliés automatiquement car ils sont liés entre eux. Cela figure noir sur blanc dans leur texte.

Les initiants ne disent pas le contraire: “Ces sept traités sont reliés entre eux par la “clause de la guillotine”: si un traité des accords bilatéraux 1 est résilié, les six autres sont abrogés dans les six mois suivants” 
Argumentaire “Stopper l’immigration de masse”, p. 52, Berne, 16 janvier 2018

Texte initiative / Explication résiliation / Article 25 accord

Les Suisses sont remplacés par des Européens bon marché

Faux

Fin 2019, le taux de chômage des Suisses était de 1,7%, ce qui est extrêmement bas. Par ailleurs, le nombre de Suisses employés a constamment augmenté depuis 2002 et atteint des niveaux records (+373’000 Suisses actifs).

Taux chômage / Chiffres emplois

Les 50 ans et plus sont menacés par les travailleurs de l'UE

Faux

  • Le taux de chômage des Suisses de plus de 50 ans est inférieur à la moyenne.
  • De plus, la part des Suisses actifs de 50 ans et plus a nettement augmenté ces dernières années (66% en 2002, 77% en 2019).
  • En revanche, s’ils se retrouvent au chômage, ils ont nettement plus de peine à retrouver du travail. L’UDC ne fait cependant rien pour les aider, elle qui a tout récemment combattu la rente-pont pour les travailleurs âgés en difficulté.

Taux chômage / Taux d’activité / Rente-pont

A cause de la libre-circulation, les jeunes Suisses trouvent difficilement des places d'apprentissage

Faux

  • Ces dernières années, de nombreuses places d’apprentissage n’ont pas trouvé preneur. En juin 2020, 12% des places restaient inoccupées.
  • Les jeunes Suisses sont très intégrés au marché du travail, bien mieux que dans de nombreux pays européens.

Situation apprentissage

On a eu des contingents d'immigration par le passé et ça a bien fonctionné pour maîtriser l'immigration

Faux

  • Les faits disent le contraire. C’est durant la période des contingents que l’immigration a le plus augmenté (1964-2007), passant de 10% de la population à 22%.
  • L’initiative ne fixe pas de limites à l’immigration. Les défenseurs de l’initiative nous assurent que les entreprises et les hôpitaux auront tout le personnel dont ils auront besoin. Il faudrait savoir ce qu’ils veulent! 
  • Un retour des contingents signifierait simplement recréer une nouvelle bureaucratie pour gérer les permis et relancer une foire d’empoigne entre les régions et les branches économiques pour se les attribuer.

Chiffres population étrangère

Il n'y a pas que l'Europe! Exportons davantage dans le monde entier

  • La Suisse exporte dans le monde entier et c’est bien ainsi. L’Europe reste cependant de très loin le client numéro 1, qui achète 52% des produits suisses (GB comprise). Le second client, ce sont les USA, qui arrive loin derrière avec une part de 15%. La Chine, quant à elle, représente seulement 5% des ventes.

Graphique exportations

Pas besoin des accords bilatéraux. L'accord de libre-échange avec l'UE et celui de l'OMC suffisent

Faux (et dangereux)

  • L’accord de libre-échange date de 1972 et ne concerne que les produits industriels. Quant à l’OMC, c’est une organisation en difficulté, dont l’accord ne donne que des droits minimaux.

  • En revanche, les accords bilatéraux ont été taillés sur mesure pour la Suisse afin d’élargir et de garantir son accès au marché de notre client numéro 1 : l’Europe. Pour un pays qui vit des exportations, ce serait une sacrée erreur que d’y renoncer.

L'Europe a un excédent commercial de 14 milliards avec la Suisse. Elle ne voudra pas perdre les accords bilatéraux et renégociera

Faux (et dangereux)

  • C’est une dangereuse illusion de se croire en position de force. La Suisse vend plus de la moitié de ses exportations en Europe (52%). C’est donc un marché vital, auquel nous devons accéder le plus facilement possible, ce que permettent les accords bilatéraux.

  • Pour l’Europe, la Suisse, c’est 7% de exportations et les 14 milliards d’excédents en faveur de l’UE sont à mettre en regard d’un excédent total de 197 milliards en 2019.

  •  L’Union européenne avait un excédent commercial de 120 milliards de francs (95 mrd GBP) avec la Grande-Bretagne en 2019, ce qui ne l’a pas franchement incitée à accorder un traitement de faveur à son ancien membre.

Les problèmes sur les routes et dans les trains sont dus aux accords bilatéraux

Faux 

Les problèmes de transport viennent surtout de longues années d’inaction en Suisse. Pendant des décennies, les réseaux n’ont pas été adaptés aux besoins. Sans parler des blocages dus à la complexité des procédures et aux oppositions.

En plus, l’UDC a refusé le fonds pour le développement du rail. Elle est très mal placée pour critiquer le manque de place dans les trains.
L’UDC est le seul parti à rejeter le fonds ferroviaire (FAIF) – RTS

Economiquement, les accords bilatéraux n'ont pas apporté grand-chose

Faux 

Les supporters de l’initiative ont la mémoire courte. Dans les années 90, la Suisse a vécu l’une de ses pires crises économiques. Depuis le début des accords bilatéraux en 2002, elle a au contraire connu une longue période de prospérité, avec une forte création d’emplois (environ 1 million d’emplois créés), une augmentation du PIB réel (+38%) et des salaires  réels (+11%).

Evolution PIB / Evolution salaires / Evolution emplois

Les Européens profitent des assurances sociales

Faux 

  • Prenons l’AVS/AI : les Européens paient 26% des cotisations et reçoivent 15% des prestations. Ce sont les rentiers suisses qui en bénéficient donc !
  • Et l’AI? Le nombre de rentiers AI européens a nettement baissé depuis 2001. Ils représentent 19% des bénéficiaires et les Suisses 72%.
  • L’aide sociale ? Les taux de bénéficiaires suisses (2,3%) et européens (3%) sont proches.
  • Les initiants devraient s’en tenir aux faits plutôt que de répandre des rumeurs fallacieuses.

Faits assurances sociales et libre circulation

On détruit de plus en plus de terres agricoles pour construire tout et n'importe quoi. C'est encore la faute à l'immigration.

Faux 

  • Les terres agricoles nécessaires au pays sont très protégées par la loi (surfaces d’assolement). Et il y a eu de sérieux tour de vis pour l’aménagement du territoire, si bien que de nombreuses communes doivent déclasser du terrain à bâtir.
  • L’UDC est mal placée pour en parler car elle a refusé la loi sur l’aménagement du territoire, celle sur le mitage et celle sur les résidences secondaires.
  • Par ailleurs, les habitudes de logement ont changé, avec une augmentation de la surface par habitant ces dernières années, qui nécessite davantage de constructions et donc de terrains.

positions UDC : aménagement du territoire / mitage résidences secondaires

logo-sam-fr-hoch-w

Campagne contre l’initiative de résiliation des accords bilatéraux 
Pour une Suisse ouverte + souveraine

Impressum / Politique de confidentialité

Nous utilisons des cookies pour personnaliser les contenus et annonces, pour proposer des fonctions liées aux réseaux sociaux et pour analyser l'utilisation du site internet. De plus, nous transmettons à nos partenaires dans les domaines des réseaux sociaux, de la publicité et de l'analyse, des informations sur l'utilisation du site. En poursuivant la navigation, vous acceptez les cookies.
Protection des données
Paramètres
Accepter tous les cookies
Ce site utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En utilisant ces services, vous acceptez l'utilisation de cookies.
Protection des données
Paramètres
Accepter tous les cookies