L’économie vacille, la Suisse s’attend à une récession. Si l’initiative de résiliation est acceptée l’automne prochain, la situation va encore empirer. Parce que les excellentes relations commerciales avec l’Union européenne seraient gravement atteintes, de façon permanente et irrémédiable.

Damian Müller, Conseiller aux États LU
(Traduit de l’allemand)

Ce n’est pas notre faute si la crise du coronavirus nous a frappés. Outre la vulnérabilité de notre monde, le Covid-19 nous montre également à quel point les différents pays et leurs économies sont liés entre eux. La Suisse ne fait pas exception, même si son économie est extraordinairement efficace.

La Suisse prospère grâce à deux facteurs : le commerce extérieur, avec lequel elle gagne deux francs sur cinq. Plus de la moitié de nos exportations sont destinées aux pays de l’UE, en particulier dans les régions limitrophes de la Suisse. En conséquence, notre prospérité dépend de l’existence de ponts stables avec nos voisins. Ces ponts n’assurent pas seulement la sécurité économique. Ils nous garantissent également l’accès aux programmes de recherche européens, dont nos universités bénéficient directement. Et ils nous donnent également accès à une expertise qui fait défaut dans notre pays. À la base de tout cela, il y a les accords bilatéraux. Ces derniers apportent ainsi une contribution majeure à notre prospérité.

Des ponts seront détruits

C’est précisément cette prospérité qui est en jeu, lorsque nous voterons sur l’initiative dite « de limitation » de l’UDC en automne. Car en réalité, il s’agit d’une initiative de résiliation, qui détruit des ponts qui ont pourtant été très utiles jusqu’à présent. De prime abord, le texte demande au Conseil fédéral de négocier un nouvel accord sur l’immigration. S’il n’y a pas de résultat avec l’UE dans les 12 mois, la libre circulation des personnes doit cesser. Outre le fait qu’une période de négociation aussi courte pourrait mettre la Suisse sous une pression considérable, d’autant plus qu’elle est demanderesse, les délais sont extrêmement courts pour parvenir à un résultat probant. Et en raison de la clause dite « guillotine », tous les accords bilatéraux cesseront de s’appliquer [ndlr : si l’accord sur la libre circulation des personnes est résilié]. En bref, l’initiative de résiliation est totalement contraire aux intérêts de l’économie et de l’innovation.

Une initiative irresponsable

Ainsi, si nous détruisons les ponts qui ont montré leur utilité en termes de commerce, de recherche et d’éducation, cela ne pourra pas, pour autant, être compensé par des relations plus intenses avec d’autres partenaires économiques dans d’autres régions du monde. Les longues distances constituent à elles seules des obstacles majeurs, notamment pour nos petites et moyennes entreprises. En outre, la Suisse perdrait l’accès à l’accord de recherche de l’UE et compromettrait ainsi notre position exceptionnelle en tant que site pour l’innovation. Irresponsable et pas nécessaire. Car contrairement au coronavirus où le Conseil fédéral peut assouplir les mesures drastiques, les dommages [ndlr : provoqués par cette initiative] ne pourraient pas être résolués par simple ordonnance fédérale. Il est donc irresponsable de la part de l’UDC de forcer la Suisse à renoncer à un bon réseau d’accords, alors que notre économie et notre recherche sont aux prises avec de nombreuses autres incertitudes – surtout en vue de la récession qui va nous frapper. La Suisse ne doit pas se lancer dans cette expérience périlleuse. En ce moment, nous devons être solidaires. Ne démolissons pas les ponts et disons NON à l’initiative de résiliation.

logo-sam-fr-hoch-w

Campagne contre l’initiative de résiliation des accords bilatéraux 
Pour une Suisse ouverte + souveraine

Impressum / Politique de confidentialité

Nous utilisons des cookies pour personnaliser les contenus et annonces, pour proposer des fonctions liées aux réseaux sociaux et pour analyser l'utilisation du site internet. De plus, nous transmettons à nos partenaires dans les domaines des réseaux sociaux, de la publicité et de l'analyse, des informations sur l'utilisation du site. En poursuivant la navigation, vous acceptez les cookies.
Protection des données
Paramètres
Accepter tous les cookies
Ce site utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En utilisant ces services, vous acceptez l'utilisation de cookies.
Protection des données
Paramètres
Accepter tous les cookies